Accueil
 
Somnifères et tranquillisants
» Prévalence

Synthèse

Les données les plus récentes (CoRolAR 2015) indiquent que 8.5% des femmes et 4.2% des hommes interrogés avaient pris des somnifères et/ou tranquillisants au cours des 30 jours précédant l'enquête. L'usage augmente fortement avec l'âge, environ 12% des personnes de 70 ans et plus ayant pris de telles substances dans les 30 précédant l'enquête.

Les résultats de l'enquête suisse sur la santé (ESS) indiquent également que la proportion d'utilisateurs de somnifères et de tranquillisants augmente avec l'âge. Cette augmentation est plus marquée pour les somnifères que pour les tranquillisants. Quel que soit le groupe d'âge, les femmes y recourent plus souvent que les hommes. La grande majorité des consommateurs quotidiens de somnifères et de tranquillisants sont, selon les résultats de l'ESS, au bénéfice d'une prescription médicale.

Concernant les élèves de 15 ans, les résultats de l'étude ESPAD indiquent que la prévalence à vie de l'utilisation de somnifères et tranquillisants sans ordonnance médicale avait augmenté entre 2003 et 2007. Parallèlement, les résultats de l'étude HBSC montrent que la prévalence à vie de consommation de médicaments "pour se droguer" a peu évolué depuis 1994, oscillant entre 1% et 4% selon les sexes et les années. Cependant, en raison du faible nombre de cas, il s'agit d'être prudent quant à l'interprétation d'éventuelles évolutions au cours du temps.

SourcesContinuous Rolling Survey on Addictive Behaviours and Related Risks (CoRolAR) (2015) y.c. module spécifique sur l'utilisation de benzodiazépines (janvier à juin 2014) et Enquête suisse sur la santé (ESS) (1992, 1997, 2002, 2007, 2012) pour la population générale; The European School Survey Project on Alcool and Other Drugs (ESPAD) (2003, 2007) et Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) (1994, 1998, 2002, 2006, 2010, 2014) pour les jeunes.
top

 

www.substitution.ch