Accueil
 
Somnifères et tranquillisants
» Morbidité et blessures
SourcesEstimations sur la base de la Statistique médicale des hôpitaux 1999-2008 (OFS), calculées par Addiction Suisse [voir WHO (2000) pour plus de détails sur la méthode].

Sur l'ensemble des diagnostics principaux et diagnostics secondaires, les taux de diagnostics de dépendance sont restés relativement stables depuis 1999, la dépendance étant plus souvent diagnostiquée comme une comorbidité que comme diagnostic principal. Par ailleurs, le taux de diagnostics d'intoxication est à la baisse depuis 1999, à l'exception d'un saut en 2006 concernant le taux de diagnostic principal (voir tableau ci-dessous: OFS - Taux (pour 1000 habitants) de patients traités en Suisse pour un diagnostic lié à l'utilisation de sédatif ou hypnotique (1999-2008)).

Les chiffres relatifs aux diagnostics principaux liés à l'usage de sédatifs et hypnotiques indiquaient un taux de diagnostics correspondant à 4.2 cas de dépendance et 3.8 cas d'intoxication directement liés à l'usage de sédatifs et hypnotiques diagnostiqués en milieu hospitalier en 2008 en Suisse pour 100'000 habitants. Cet ordre de grandeur est relativement proche de celui enregistré pour les diagnostics primaires d'intoxications liées à la consommation d'opioïdes (3.2 cas pour 100'000 personnes en 2008).

Concernant les diagnostics secondaires, des taux nettement plus élevés que les années précédentes ont été diagnostiqués en 2008, à savoir 65.4 cas de dépendance pour 100'000 habitants. Ce taux est également élevé si on le compare au taux de diagnostics secondaires pour dépendance aux opioïdes (28.2 pour 100'000) ou au cannabis (16.4 pour 100'000) par exemple. Quant aux intoxications dues à l'absorption de somnifères ou tranquillisants traitées dans les hôpitaux, elles restent à un taux relativement stable depuis 2002 (environ 10 cas pour 100'000 habitants par année).

OFS - Taux (pour 1000 habitants) de patients traités en Suisse pour un diagnostic lié à l'utilisation de sédatif ou hypnotique (1999-2008)

1999200020012002200320042005200620072008
Diagnostic
principal
F13.0-.1Intoxication0.1110.0830.0850.0650.0590.0560.0760.140.0480.038
F13.2Dépendance0.0590.0480.060.0540.0550.0470.0460.0530.0550.042
F13.3-.9Autres troubles0.0160.0160.0130.0120.0130.010.0090.0120.0120.006
Diagnostic
secondaire
F13.0-.1Intoxication0.1710.1690.1440.1110.1110.0980.0980.1060.1180.099
F13.2Dépendance0.5570.4950.4140.3780.3780.3580.3650.3610.3980.654
F13.3-.9Autres troubles0.0370.0320.0270.0220.0220.0190.020.020.0180.043
Notes:Diagnostic (code CIM-10):
Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation de sédatifs ou d'hypnotiques.
Intoxication:
F13.0: intoxication aigüe,
F13.1: utilisation nocive pour la santé;
Dépendance:
F13.2: syndrome de dépendance;
Autres troubles:
F13.3: syndrome de sevrage,
F13.4: syndrome de sevrage avec délirium,
F13.5: troubles psychotiques,
F13.6: syndrome amnésique,
F13.7: trouble résiduel ou psychotique de survenue tardive,
F13.8: autres troubles mentaux et du comportement,
F13.9: trouble mental ou du comportement, sans précision;
Les chiffres sont des estimations calculées sur la base de données pondérées pour compenser les différents taux de participation des cantons au fil des années. Les fréquences des diagnostics secondaires ont été ajustées pour tenir compte des différences dans l'exhaustivité de la documentation (en prenant l'année 2002 comme référence, voir Wicki & Gmel, 2009) et les taux ont été calculés sur la base de la distribution moyenne de l'âge de la population suisse sur la période 1999-2008 (OFS).
Source:Statistique médicales des hôpitaux suisses 1999-2008 (OFS)
top

 

www.substitution.ch