Accueil
 
Usage de substances multiples
» Caractéristiques du marché et régulations

Les statistiques de vente de substances licites comme l'alcool ou le tabac n'étant pas basées sur des comportements individuels, il n'est pas possible d'en tirer des conclusions sur le développement des tendances sur la consommation conjointe. Aussi, il n'est pas possible de suivre les tendances d'utilisation conjointes de substances licites et illicites sur la base des statistiques de vente d'un côté et de statistiques de saisies ou de dénonciations d'autre part.

En ce qui concerne uniquement les substances illicites, les statistiques policières de la criminalité montrent que les dénonciations pour consommation de plusieurs groupes de substances entre 2009 et 2015 représentent environ 15% de toutes les dénonciations de stupéfiants (Figure).

Les combinaisons de substances les plus fréquemment répertoriées correspondent aux substances dont les taux de prévalence de consommation actuelle sont les plus élevés. Ainsi, les dénonciations pour consommation conjointe de "chanvre + stimulants", "chanvre + opiacés" et "stimulants + opiacés" étaient les plus nombreuses (voir figureci-dessous: OFS - Dénonciations pour infraction à la Loi sur les stupéfiants: combinaisons de l'usage d'au moins deux substances (2009-2015)). Peu de différences sont observables entre 2013 et 2015 parmi les combinaisons les plus représentées. Néanmoins, par rapport aux années précédentes, la consommation de "chanvre + stimulants" tend à augmenter, surtout depuis 2011. A l'inverse, la consommation de "stimulants + opiacés" et de "chanvre + opiacés" tend à diminuer. Finalement, le nombre de dénonciations pour les autres types de combinaisons semble assez faible et stable au cours des dernières années.

Il faut toutefois noter que la catégorie des stimulants contient, de manière indéterminée, la cocaïne, les amphétamines ou encore le khat. Bien qu'un nombre nettement plus élevé de dénonciations concernent la cocaïne (7'426 pour l'année 2015) plutôt que les autres stimulants (p.ex. 1'995 pour les amphétamines, 47 pour le khat), il serait faux de considérer que la catégorie des stimulants ne comprend que la cocaïne.

OFS - Dénonciations pour infraction à la Loi sur les stupéfiants: combinaisons de l'usage d'au moins deux substances (2009-2015)

Source:Office fédéral de la statistique (OFS) (2016)

En ce qui concerne la combinaison d'au moins trois substances, il est à noter, malgré une tendance à la baisse, que la combinaison "chanvre + stimulants + opiacés" reste la plus répandue (382 cas en 2015). A l'inverse, le nombre de dénonciation relatives à la combinaison "chanvre + stimulants + hallucinogènes" (189 cas en 2015; voir Figure) a presque doublé entre 2012 et 2014.

Depuis 1990, l'OFS observe que le nombre des dénonciations pour consommation de plusieurs substances tend globalement à baisser. Des variations sont également constatées au niveau des combinaisons: si au début des années 1990, les combinaisons opiacés et produits à base de chanvre ou des stimulants étaient les plus fréquentes, les stimulants sont maintenant plus souvent mélangés avec des produits à base de chanvre et dans une moindre mesure avec des opiacés (OFS).

top

 

www.substitution.ch